Le Tas Moko, 2020

Journal de bord – Février

Bienvenue dans notre Journal de bord, l’idée ici c’est de vous partager l’avancée des travaux d’entretien de la maison et du jardin. Évoluer en respect avec le vivant implique de se confronter au rythme des saisons et aux caprices de la météo ! C’est donc un apprentissage quotidien pour comprendre et agir à temps.

En ce moment le plus gros du travail c’est le bois ! L’automne et l’hiver nous ont apporté leur lot de vent et de pluie, et certains des arbres les plus fragiles ou exposés au vent se sont écroulés. À nous maintenant d’entrer en action ! Entre assurer la sécurité du lieu en dégageant les chemins et le camping mais également la pérennité de nos arbres fruitiers, cela en fait du bois à scier !

Remettre au propre le terrain

La première étape, c’est de déblayer. Les beaux jours étant passés, les arbres ont eu l’occasion de s’étendre un peu partout (et on les comprend après tout, quoi de mieux que de s’étirer au soleil !). Mais avouons le ce n’est ni pratique pour nous ni pour les campeurs de la ferme de devoir s’abaisser tous les cinq mètres (une branche dans la figure c’est si vite arrivé). De plus certains d’entre eux risquent d’endommager nos enclos, et ca on ne peut se le permettre.

L’objectif est donc de dégager les branches un minimum pour que nous puissions circuler en toute tranquillité, tout en permettant aux arbres de grandir comme ils l’entendent.

Tailler les fruitiers

Ensuite, il ne faut pas oublier la taille nos arbres et arbustes préférés, les fruitiers. Tout d’abord pour les former lorsqu’il sont jeunes, ensuite pour supprimer les bois morts, malades et redonner du tonus au pied. Et enfin, pour augmenter la production et assurer la qualité des fruits ! Arbre content, fruit heureux et délicieux 😉

Les tailler au bon moment nous permet d’économiser du temps de travail, de réduire la remise au propre des chemins mais surtout de ne pas venir perturber la période de nidification des oiseaux. Car nous sommes aussi un refuge LPO, et il serait difficile de se passer de la compagnie et du chant de nos amis !

Stockage et utilisation

Et que fait-on de tout ce bois coupé ?

Le but n’est pas de laisser orphelines les branches enlevées, mais bien de les revaloriser. Pour cela il faut être des plus efficaces car l’herbe commence déjà à repousser et envahir nos tas au sol, et trop attendre nous compliquerait le travail.

Les plus belles bûches vont être réunies en tas et resteront trois années en extérieur pour sécher avant d’être utilisées pour notre cheminée. Les petites branches serviront à créer des fagots pour allumer les fours à pain/pizza du secteur, et bientôt peut-être le nôtre ! Quant au reste du bois, il sera broyer et ira alimenter les plantes et arbres du terrain pour perpétuer le cycle de la nature !

Encore plus !

Pour aller plus loin, DUST va accueillir les membres de l’association Silence on sème pour une journée de partage théorique et pratique autour de la taille des fruitiers, mais aussi découverte du bouturage. On vous partagera tout ce qu’il y a à savoir prochainement !

Vous pouvez nous retrouvez sur : Facebook & Instagram , mais aussi vous inscrire à notre Newsletter 🙂
Si vous souhaitez plus d’informations sur La Harilais, rendez-vous ici : laharilais.fr

Partager ce contenu :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *